Ranger Maritime dans le Nord du Queensland

#5 Rencontre avec Julie Dutoit

Aujourd’hui, départ immédiat pour le paradisiaque Parc National Michaelmas Cay (listé Parc National en 1975), une toute petite ile de sable blanc appartenant à la Grande Barrière de Corail.

Où ?

Quoi ?

Michaelmas Cay est mondialement connu pour ses oiseaux migrateurs. En effet, il s’agit de la zone de nidification la plus importante dans les environs de Cairns, cette ile représente 1/7 de tous les nids construits dans la Grande Barrière de Corail. Ici vous pouvez observer différentes espèces comme le Noddi brun, la sterne fuligineuse, la sterne huppée et la sterne voyageuse.

 

Les rangers des parcs maritimes viennent chaque mois depuis 1984 afin d’estimer le nombre de nids présents sur l’ile. Il est nécessaire d’avoir des données sur le long terme pour pouvoir formuler des théories et étudier les variations au fil des années. Il y a encore de nombreuses questions sans réponses…par exemple les oiseaux étaient très nombreux dans le début des années 1980 pour ensuite dramatiquement chutés dans les années 1990. Est-ce que cela est imputable aux conditions météorologiques ? à la taille des oiseaux recensés ? Heureusement les chiffres ont remonté depuis les années 2000 pour se retrouver au même niveau qu’en 1980.

 

Comment ?

Mais comment les comptent-ils ? Puisqu’ils sont des milliers, les rangers estiment le nombre de nids en évaluant les pairs d’oiseaux (2 oiseaux pour un nid). Je vous dis qu’il vaut mieux être concentré car ça grouille et ça vole dans tous les sens !  

Ecoutons Julie qui nous parle de son travail sur cette magnifique Ile :

Alors qui a le meilleur job du monde ?

Une ile touristique :

 

Mais Michaelmas Cay, c’est aussi une destination touristique prisée du fait de son récif corallien magnifique qui promet de beaux moments de plongée ou de masque et tuba dans des eaux calmes et protégées. Un équilibre a donc dû être trouvé entre le tourisme et la conservation des oiseaux. Désormais touristes et oiseaux co-habitent grâce à la délimitation de périmètres précis (les visiteurs ne peuvent pas franchir une ligne au-delà de laquelle les oiseaux sont installés), à l’établissement d’un code de conduite que les opérateurs touristiques doivent respecter et à la définition d’une zone d’accès restreinte. C’est pourquoi, seulement trois permis ont été accordés à des opérateurs touristiques pour l'accès quotidien à la plage. 

 

Pour se rendre sur cette petite ile paradisiaque,

réserver surwww.oceanspirit.com.au

Publié le 05 Octobre 2013